#Jérome JARRE lance avec #LoveArmy , le 28 novembre 2017 une vaste collecte pour aider le peuple Rohungyas. Je suis sure que vous en avez entendu parlé, probablement vu la vidéo et peut-être même contribué. Bilan de l’opération: plus de 2 millions € collectés, dont « 46 % des donateurs ont moins de 24 ans ; 74 % de ces dons ont été faits par smartphone ; les dons provenaient de plus de 115 pays. » C’est une réussite.

Sa méthode pour trouver de jeunes donateurs

Des relais d’opinion ciblés

S’appuyer sur les communautés web au travers des réseaux sociaux et de youtubeurs influents: Jhon Rachid, Mister V et Seb la Frit. Pour toucher le public le plus large, mobilisation d’un acteur à la fois sympathique et consensuel: Omar Sy, mais aussi du musicien DJ Snake, pour un public plus ciblé et rajeuni. Tous ces noms sont bien identifiés et suivis chez les jeunes (génération Y, Z et X..), mais aussi par un public de trentenaires et au delà.

Une communication vidéo

En format court, diffusée sur les plateformes de vidéo (bien sur), adapté au smartphone, repris sur les chaines de télé et dans tous types de journaux: le Parisiens, le Monde, le Figaro…. Bref tous les publics ont été touchés.

Un message positif

Non politique, juste “on peut faire quelque chose”. Il fait appel à l’affectif et ne se lance pas dans une explication compliquée sur les tenant et les aboutissants. Et le cercle vertueux se met en place: Cela fait le buzz, donc c’est relayé, partagé, like… les communautés touchées s’élargissent et dans la masse une partie va se convertir en don. Stratégie maintenant classique de “vente” sur le net, avoir une large audience pour qu’avec seulement 5 ou 10% de conversion (ici faire un don), le chiffre d’affaires soit conséquent.

Et pour à fidéliser les donateurs: Montrer les réalisations

Un retour rapide, pas au bout d’un an d’action, mais seulement après quelques mois, toujours en vidéo, le visuel est toujours plus impactant, mais avec des chiffres précis (https://www.youtube.com/watch?v=HlI1YmjnyWE&vl=en): Les réalisations des 3 premiers mois  “un centre hospitalier qui accueille 200 patients par jour, de 24 centres d’éducation pour enfants, de 100 « vraies maisons qui seront 700 avant la fin mars. » Dixit la vidéo. Jérôme Jarre comprend bien les attentes de ses nouveaux donateurs, il rend des comptes de manière transparente et vivante, les projets sont concrets et surtout les premiers résultats sont rapides.

A retenir pour se lancer sur une campagne de don par le net 

1- Les moins de 25 ans ont une capacité de “soutien financier” et sont comme tout le monde sensibles aux causes humanitaires, mais il faut les interpeller “chez eux”, c’est à dire sur les réseaux sociaux. 2 – Il y a pas mal d’éléments de rassemblement pour les générations X,Y,Z, seniors, actifs, ménagères de moins de 50 ans, ou de plus de 50 …. La segmentation tend à nous obnubiler sur les différences et au détriment du commun. 3 – Il faut faire appel à des professionnels, c’est nettement plus efficace. Si le coût est hors de portée, pensez #mécénat de compétences. Dans ce cas la votre stratégie marketing à vous sera aura comme objectif : Intéresser ses professionnels à votre projet Un rajeunissement des donateurs, ce n’est pas juste une question de support, c’est une ré-interrogation des éléments de valeur à mettre en avant. Pour le reste: un objectif clair, une vision d’ensemble, l’élaboration d’un plan marketing, la connaissance de ses cibles et le partenariat sont les ingrédients de la réussite d’un projet, aujourd’hui encore. Les méthodes restent, les outils changent.

Et demain?

J’attends la suite, car “Love Army” a posé les bases de la confiance et je doute qu’il en reste là, Jérôme Jarre s’est doté des moyens pour continuer à agir. #ModeleEconomique #Marketing #InnovationSociale #UtiliteSociale #Financement